adolescenceRevue Adolescence

Revue indexée AERES, au listing PsycINFO,

publiée avec le concours du Centre National du Livre

et de l’Université Denis Diderot Paris 7

Directeurs de la publication : Jacques Dayan, François Richard

 Site : Adrien Widemann, www.revueadolescence.fr

Comité de rédaction : Marie-Christine Aubray, Vincent Cornalba,

Fanny Dargent, Jacques Dayan, François Richard

Conseil scientifique : Jean José Baranes, Annie Birrraux, Alain Braconnier, Bernard Brusset, Raymond Cahn, Catherine Chabert, Philippe Gutton fondateur de la Revue, Jacques Hochmann, Patrice Huerre, Philippe Jeammet, Bernard Penot (Paris), François Ladame (Genève)

Comité de lecture : Marie-Christine Aubray, Isée Bernateau, Joëlle Bordet, Jean-Yves Chagnon, Maurice Corcos, Vincent Cornalba, Fanny Dargent, Olivier Douville, Philippe Givre, Bernard Golse, Florian Houssier, François Marty, Marie Rose Moro, Olivier Ouvry, François Pommier, François Richard, Philippe Robert, Guy Scharmann, Anne Tassel, Serge Tisseron (Paris), Houari Maïdi (Besançon), René Roussillon (Lyon), Serge Lesourd (Nice), Jean-Bernard Chapelier, Daniel Marcelli (Poitiers), Jacques Dayan (Rennes), Gérard Pirlot (Toulouse), Jean-Yves Le Fourn (Tours)

Administration, Abonnements, Vente au numéro : Chantal Cousin, greuppado@club-internet.fr

Créée en 1983 par Philippe Gutton, la revue Adolescence regroupe des psychanalystes engagés de façon quotidienne dans le traitement des adolescents et dans la recherche théorique qui en découle.

Elle a aujourd’hui plus de trente ans. Trimestriellement, elle réunit ses textes en un volume de 230 pages à thème unique. Elle s’enrichit d’auteurs francophones et de langues étrangères.

L’approche psychanalytique de l’adolescence a beaucoup évolué, des pans entiers de sa métapsychologie ont été revisités, problématisés autrement. La revue Adolescence a rendu compte pas à pas de ces évolutions. Innovante, bousculante mais vigilante sans jamais perdre son fil directeur qu’est la réflexion psychanalytique sur les processus adolescents.

Ceux-ci ont leur pathologie propre, souvent aiguë et pas seulement de transition. Ils détiennent le devenir de la pathologie de l’enfance, certaines origines de la pathologie de l’adulte, en particulier cas limite et psychotique. Processus toujours en cours chez l’adulte comme nostalgie d’un âge, comme persistance d’un mode d’être ayant effet de retour lorsque la confrontation s’impose entre parents et enfants grandissant, et dans le contre-transfert du psychanalyste.

Le concept même d’adolescence ne peut se révéler qu’en étroite relation avec la société et la manière dont celle-ci s’y prend pour initier, cadrer, réguler les normes d’individualisation et les modes de subjectivation.

C’est pourquoi la revue s’ouvre aux sociologues, anthropologues, philosophes soucieux de décrire et d’analyser les dispositifs par lesquels le politique et le malaise dans la culture se révèlent à ciel ouvert à l’adolescence.

On l’aura compris, la Revue se veut sensible à la tension exacerbée à l’adolescence, aussi bien entre l’intrapsychique et autrui qu’entre l’inconscient et les manifestations symptomatiques.

titre-aspasia