A la une

CENTRALITÉ DU TRAVAIL ET SANTÉ MENTALE par Christophe Dejours

Professeur titulaire de la chaire Psychanalyse-Santé-Travail
Conservatoire National des Arts et Métiers

Lorsque dans les sciences du travail certains chercheurs parlent de « centralité du travail » c’est parce qu’ils ont comme vous une préoccupation anthropologique. En somme par l’expression de centralité du travail ils veulent indiquer que le travail n’est pas un objet qu’on pourrait séparer de son auteur ou de son objet pour l’étudier ou l’analyser comme une chose. Le travail réel n’est pas une chose comme il l’est pour le physicien dont la valeur est égale au produit d’une force (appliquée à un solide) par la distance du déplacement. Cette définition correspond à un travail mécanique, à un travail mort, mais pas à un travail au sens fort du terme. Car le travail dont nous parlons est toujours un travail vivant.

A QUOI PENSENT LES AUTISTES?
par 
Martin Joubert

LE PSYCHODRAME ANALYTIQUE.
Quand le psychodrame vient au secours du psychanalyste
par
Claude Broclain

 LA MAISON DANS LE JARDIN dans les Hauts-de Seine qui a à cœur de démocratiser la psychanalyse dans une structure dédiée à l’accueil de la petite enfance.

Et toujours sur Aspasia :